Ce n’est pas ma faute !

C’est exact, ce n’est pas votre faute. En fait, s’il s’agit bien d’une réaction NORMALE à un ou une série d’événements qui eux ne sont pas normaux, votre organisme vous a simplement bien protégé d’un danger. Alors cette réaction réflexe, involontaire, programmée pour la survie, doit maintenant être désamorcée. Surtout après des décennies de négligence à ce sujet.

Car vous en convenez, vous n’êtes probablement plus en état de « survie » ; donc l’état d’alerte n’est plus nécessaire, il est même néfaste à votre santé. La plupart des belles personnes que je rencontre pendant mes animations de groupes ont fondé une famille ou ont tenté d’entretenir les meilleurs liens possibles avec leur entourage, sont diplômées et ont occupé un emploi. Elles veulent vraiment faire partie de la société et profiter des bonnes choses qu’elle a à offrir.

Les animaux savent très bien comment se débarrasser après coup de l’état de stupeur qu’une terreur peut causer. Comment font-Ils ? Ils se secouent. Oiseaux, mammifères, poissons se secouent afin de rétablir le système nerveux leur permettant de poursuivre une vie normale après un choc. Oh ! Ils tirent des leçons de leur rencontre, toutefois ils continuent à vivre !

Mais l’être humain a perdu cette aptitude de secouer ses puces et il considère les tremblements comme désagréables et néfastes, à éliminer… parfois il les voit même comme un signe de faiblesse… ou pire encore, l’humain alimente le feu en se racontant des histoires à propos de l’histoire. « J’aurais pu y passer. » « Ça a passé à un poil que j’y reste. » « La prochaine fois, ça pourrait être pire… » « Je suis marqué-e à vie. » Etc.

Toutes ces pensées catastrophiques ne font qu’une chose : alimenter les voies neuronales qui cristallisent un stress post-traumatique. Et puis après, la vie tarde à reprendre son cours normal. On s’habitue à l’inconfort. Le stress cause des insomnies, puis de la fatigue, des tensions s’accumulent, des désordres dans les systèmes digestifs et les circuits neurotransmetteurs ne fournissent pas de compenser le gaspille d’énergie causé par l’état d’hyperactivité.

Peut-on renverser la vapeur ? Pas pour tous. Il est certain qu’il est difficile de convaincre votre cerveau que les comportements qui vous ont permis de traverser des épreuves doivent être abandonnés et transformés afin de vivre avec sa vulnérabilité. Les seuls mots de lâcher prise, de ne rien faire, de laisser la vie suivre son cours… font peur. Ne pas contrôler alors que la survie a trop souvent dépendu du contrôle. Donc non, la liberté ne sera pas donnée à tous et toutes.

Cependant, si vous êtes vraiment tanné-e de souffrir et êtes curieux-curieuse de ressentir autre chose que la peur et les tensions générées par les mécanismes de protection… bienvenue à nos ateliers Vers la légèreté !